Epidémie de colibacilles de sérotype O26 :H11 à la crèche

Parmi les Escherichia coli provoquant une diarrhée par production de toxine de Shiga (STEC), la souche O157 est la plus connue, responsable de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU). D’autres souches de STEC ont une virulence hétérogène et incomplètement connue comme l’O26 :H11 qui peut aussi déterminer un SHU.

Des auteurs du Colorado décrivent une épidémie de crèche survenue à la suite de 2 cas princeps, déclarés en juin 2010, après 1 mois d’évolution.

L’établissement comportait 3 salles de nourrissons de 6 semaines à 18 mois (n = 18), 2 salles d’enfants de 18 à 35 mois (n = 18), une d’enfants de 36 à 47 mois (n=19), et de surcroît une école pour 4 à 5 ans (n = 25) et 1 pour 6-12 ans (n = 21). Tous ceux de moins de 48 mois (n = 55) et les employés (n = 20) ont eu une recherche de STEC dans les selles, les enfants plus âgés uniquement s’ils étaient symptomatiques ou appartenaient à la fratrie d’un plus jeune. Les recherches de STEC ont été faites en 2 étapes : après isolement des souches Gram -, recherche des gènes stx1 et stx2 de la toxine de Shiga par PCR puis sur les échantillons PCR+, caractérisation des souches de STEC.

Au total, 45 cas ont été relevés : 18 confirmés par l’examen des selles, 27 suspectés en raison d’une diarrhée mais avec recherche négative. Un questionnaire a été rempli par les 20 employés et pour 50 des 55 enfants de moins de 48 mois appartenant aux salles qui avaient toutes trois, des cas confirmés ; 8 des enfants plus âgés n’étaient que des cas suspectés.

Parmi les employés, il y avait 1 cas confirmé, 11 suspectés (60 %) et chez les petits, 17 confirmés et 16 suspectés (60 % d’atteints). Le risque était 2 fois plus élevé chez les moins de 36 mois que chez les 36-47 mois. La durée médiane du portage du O26 :H11 des cas symptomatiques était de 30,5 jours (14 à 52 jours). Quatre des cas confirmés étaient asymptomatiques et 3 sujets (17 %) avaient un portage intermittent. La maladie a été relativement bénigne : aucun cas de SHU n’a été noté ni aucune hospitalisation nécessaire. Près de la moitié (49 %) des sujets contact au foyer ont souffert de diarrhée.

L’épidémie a été propagée par contact de personne à personne et l’enquête a montré de nombreuses fautes d’hygiène. L’isolement des cas confirmés, suspects et non atteints en 3 salles a permis le contrôle de l’épidémie.

En conclusion, cette épidémie a été caractérisée par un taux de contamination élevé et confirme l’importance des mesures d’hygiène en crèche.

Pr Jean-Jacques Baudon

Source : www.jim.com